Analyse à décoder

La Plasticité du langage

Analyse à décoderArt contemporain | À l’ère du numérique, du décodage et du chiffrage, nous assistons à une multiplication d’écritures en résonance avec les réseaux sociaux,twitter, sms, blogs ou facebook. Leurs langages passent bien sûr par la parole écrite mais se nourrissent aussi de signes et autres pictogrammes, bouleversant ainsi l’ordre établi de la grammaire et des dictionnaires. À l’heure de la polyphonie, les langues du monde entier se rencontrent, bouleversant nos modes de déchiffrement et nos perceptions. « La plasticité du langage » , exposition conçue en deux volets pour la fondation Hippocrène à Paris, rassemble pour la première fois des positions historiques et contemporaines en résonance avec les problématiques du XXIème siècle. Comment l’écriture des choses et des mots s’articule-t-elle?

Alighiero Boetti, Perdere la bussola, Broderie sur tissu © Courtesy galerie Tornabuoni Art
1 / 8
Alighiero Boetti, Perdere la bussola, Broderie sur tissu
© Courtesy galerie Tornabuoni Art

Les grands mouvements français d’avant-garde

La plasticité du langage parcourt les grand mouvements avant-gardes français, du Lettrisme au Nouveau Réalisme, de la poésie expérimentale à la scène internationale actuelle. Ce vaste panorama témoigne de la place centrale du langage dans la scène artistique française et européenne à travers le temps, avec ses continuités et ses ruptures. De l’après-guerre à aujourd’hui, certains de ces artistes sont venus de toute l’Europe pour vivre en France, amenant avec eux leur culture et inventant des modes de pensée à travers leur langue, devenue pour eux la source d’une nouvelle forme de créativité. Ils embrassent aussi bien l’écriture, la poésie, la musique que la […]

Il vous reste 75 % de l’article à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article…

Abonnez-vous à notre newsletter !

Si vous êtes déjà abonné(e) à notre newsletter,
merci de saisir votre adresse e-mail

Liens externes

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Alighiero Boetti, Perdere la bussola, Broderie sur tissu © Courtesy galerie Tornabuoni Art Jean Daviot, ROMA, 2008, Impression numérique, 73 x 92 © Jean Daviot François Dufrêne, La cantate des mots camés, 1977 © Collection particulière Julien Blaine, La langue n’a point d’os (1), 2005 © Collection Lerka, Saint Denis de la Réunion Julien Blaine, La langues n’apoint d’os (2), 2005 © Collection Lerka Agnès Thurnauer, Olympia, 2005 © Collection Mr et Mme Roze Art & Language, Index 17n°1, 2002 © Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac Basserode, Passé,Présent,Futur (Français, Allemand, Anglais) © Artiste

Alighiero Boetti, Perdere la bussola, Broderie sur tissu
© Courtesy galerie Tornabuoni Art

« 1 / 8 » ×


©

×