Signe à capter

PROVOKE au Bal, l'instinct du réel réactivé

Art contemporain | Avec trois numéros décisifs majeurs entre 1968 et 1969, la revue PROVOKE conteste à la photographie dominante son pouvoir de représentation et ouvre une brèche dans la sphère artistique japonaise.

Taki Kōji, photograph from Provoke 3, 1969. © Taki Yōsuke/ Private collection
1 / 3
Taki Kōji, photograph from Provoke 3, 1969.
© Taki Yōsuke/ Private collection

Au contact du terrain, dans une période de profonde métamorphose, l’effervescence de l’action conduit les photographes à poser un autre regard esthétique.
Brut, flou et granuleux (are, bure et boke), ils développent un nouveau langage qui s’accorde avec les manifestations du moment dans un Japon d’après-guerre qui se démène pour dénoncer la présence militaire américaine sur son sol.
Contre les publications idéologiques, le collectif de PROVOKE propose une approche subjective de la société, caméras au poing, développant une esthétique abstraite de ces moments de soulèvements populaires. Saisissant les instants à l’instinct, les photographes […]

Il vous reste 75 % de l’article à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article…

Abonnez-vous à notre newsletter !

Si vous êtes déjà abonné(e) à notre newsletter,
merci de saisir votre adresse e-mail

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Taki Kōji, photograph from Provoke 3, 1969. © Taki Yōsuke/ Private collection Araki Nobuyoshi, Untitled, 1973 © Araki Nobuyoshi / Collection of The Art Institute of Chicago Tōmatsu Shōmei, Editor, Takuma Nakahira, Shinjuku, Tokyo, 1964 © Tōmatsu Shōmei – INTERFACE / Collection of The Art Institute of Chicago

Taki Kōji, photograph from Provoke 3, 1969.
© Taki Yōsuke/ Private collection

« 1 / 3 » ×


©

×