Raffaella della Olga par Raffaella della Olga

Art contemporain | Le double, l’autre moi-même invisible, sans contours définis, qui se fait voix, intuition, vibration.

Portrait de Raffaella della Olga dans son atelier © Photo : Florian Kleinefenn
Portrait de Raffaella della Olga dans son atelier
© Photo : Florian Kleinefenn

Je, le monde

Le double, l’autre moi-même invisible, sans contours définis, qui se fait voix, intuition, vibration.
Avoir des images parlantes comme vecteurs qui me conduisent à l’intérieur de moi même.
Dialogue de voix à voix qui devient écriture asémique.
Où vont toutes les images qu’on accumule dans une vie ?

T22, tapuscrit sur papier carbone et papier aluminum, 2019 © Photo : Florian Kleinefenn
T22, tapuscrit sur papier carbone et papier aluminum, 2019
© Photo : Florian Kleinefenn

L’atelier, la démarche

Dans l’atelier, je m’abstrais du monde extérieur et j’opère comme une tisserande sans un vrai fil conducteur, sur mes machines à écrire et sur mes tissus.
Le temps est condensé dans les gestes répétés qui construisent des surfaces où souvent un léger relief laisse apparaître la force de la frappe. Le « stiacciato » est la technique la plus proche de mon […]

Il vous reste 75 % de l’article à lire…

Cet article est en accès libre.
Pour poursuivre sa lecture…

Abonnez-vous
GRATUITEMENT
à notre newsletter

Si vous êtes déjà abonné(e) à notre newsletter,
merci de saisir votre adresse e-mail

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Portrait de Raffaella della Olga dans son atelier © Photo : Florian Kleinefenn

Portrait de Raffaella della Olga dans son atelier
© Photo : Florian Kleinefenn

×


©

×